Road-trip en Asie

Le monde sous un regard (dé)bridé

A Luang Prabang…

A LUANG PRABANG
A Luang Prabang, j’ai vu mille temples et mille-et-un buddhas.
J’ai vu l’astre rougir, et la terre disparaître sous les nuages.
A Luang Prabang, j’ai vu un messie et une jeune russe les trippes à l’air.
J’ai largué les amarres, et j’ai laissé l’Inde derrière moi.
A Luang Prabang, j’ai cru rêver et avoir des montagnes d’or et de diamants sous les yeux.
J’ai presque resenti les vibrations du Dance Floor, et j’ai presque dansé aussi.
A Luang Prabang, mes lèvres ont redécouvert le goût du vin.
J’ai parlé un peu l’italien et beaucoup le suédois, j’adore le suédois !
A Luang Prabang, des hommes en tunique orange se font servir le riz 6h du matin,
et des centaines d’autres, habillés sans couleur particulière, se lèvent pour le leur donner.
Ca aussi je l’ai vu !
A Luang Prabang, j’ai admiré une simple rivière faire concurrence au grand Mekong.
J’ai arpenté son vieux pont et me suis restauré sous sa colline.
A Luang Prabang, j’ai regardé la pluie tomber et le ciel se disloquer.
J’ai écouté le bruit des flots se fracasser sur la pierre, et repartir à l’unisson.
A Luang Prabang, j’ai volé le Journal d’un Génie (de Dali).
Et je suis finalement parti…
…Pas tout à fait comme j’y suis arrivé,
avec mon sac et mes deux roues.

A Luang Prabang, j’ai vu mille temples et mille-et-un buddhas.

J’ai vu l’astre rougir, et la terre disparaître sous les nuages.

A Luang Prabang, j’ai vu un messie et une jeune russe les trippes à l’air.
J’ai largué les amarres, et j’ai laissé l’Inde derrière moi.

A Luang Prabang, j’ai cru rêver et avoir des montagnes d’or et de diamants sous les yeux.
J’ai presque resenti les vibrations du Dance Floor, et j’ai presque dansé aussi.

A Luang Prabang, mes lèvres ont redécouvert le goût du vin.
J’ai parlé un peu l’italien et beaucoup le suédois, j’adore le suédois !

A Luang Prabang, des hommes en tunique orange se font servir le riz 6h du matin, et des centaines d’autres, habillés sans couleur particulière, se lèvent pour le leur donner.
Ca aussi je l’ai vu !

A Luang Prabang, j’ai admiré une simple rivière faire concurrence au grand Mekong.
J’ai arpenté son vieux pont et me suis restauré sous sa colline.

A Luang Prabang, j’ai regardé la pluie tomber et le ciel se disloquer.
J’ai écouté le bruit des flots se fracasser sur la pierre, et repartir à l’unisson.

A Luang Prabang, j’ai vu des parapluies aux fenêtres,
Et j’ai senti la foudre s’abattre sur mon insomnie.

A Luang Prabang, j’ai volé le Journal d’un Génie (de Dali).
Et je suis finalement parti…

…Pas tout à fait comme j’y étais arrivé,
avec mon sac et mes deux roues.

3 Responses to “A Luang Prabang…”

  1. mamijo dit :

    Sublime !!!!!

  2. Katarina dit :

    Salut free soul! c’est Katarina, la suedoise de bar au vin a luang prabang, tu te souviens? le soir qu’on a passe dans le bar du vin m’as donne plein d’energie et j’en pense souvant quand travail et la vie ici est un trop dur :-) j’espere que tout va bien et je vais continuer de m’inspirer en lisant tes articles, c’est presque comme si je fais tous les rencontres et les experiences moi même.. keep enjoying the moments/Katarina

  3. admin dit :

    Katarina, quelle heureuse surprise ! Je suis content de te lire ici. Tu n’avais pas menti, tu as bonne mémoire et ton français est très bon, alors que contrairement à ce que j’écris ici, mon suédois se résume à Gog Dag… Si tu as le temps, envoie moi un email : adrien.dubuisson at gmail.com qu’on puisse échanger plus facilement. Je t’embrasse.

Leave a Reply