Road-trip en Asie

Le monde sous un regard (dé)bridé
A la Une

L’Indianrail way of life : to be enjoyed !

C’est un des plaisirs de ce pays : le rail. Avec un réseau de voies ferrées dense, l’Inde est une contrée que l’on traverse aisément au rythme des battements d’essieux. Animations à bord, snacks sur le pouce, rencontres de toutes sortes, tout y semble plus vrai qu’ailleurs sur le circuit du touriste.

Sur la liaison Lucknow-Varanasi

Les passagers sont souvent installés de manière anarchique dans les classes économiques, et le train indien est le théâtre d’une micro-société qui se fait et se défait au gré des arrêts en gare. Il est facile d’y échanger quelques mots avec les natifs sans que le rapport à l’argent ne vienne ternir les intentions.

Parfois un simple arrêt du train de quelques minutes donne lieu à un exode massif des passagers sur les voies attenantes. Tout le monde en profite pour se dégourdir les jambes, sentir la brise et au passage voir ce qui a causé l’arrêt. C’est que les indiens sont curieux et cela vaut aussi pour les trains. Essayez donc de sortir quelque chose de votre sac, vous remarquerez que ce faisant, vous êtes immédiatement devenu(e) l’attraction n°1 dans les environs. Aucune mauvaise intention derrière cela, il s’agit simplement d’un phénomène découlant de la rencontre d’un ennui latent et d’un événement hors du commun.

Seconde classe en train indien, l'équivalent de 3€ pour 400kms

Pour ma part, j’ai une petite préférence pour la seconde classe sans réservation (la plus cheap) et ses porte-bagages sur lesquels je parviens généralement à trouver quelques précieuses heures de sommeil au dessus de la mêlée. Dans certains trains, les barres de rangement sont situées à plus d’1m60 du sol, quasiment collées au plafond et aux ventilateurs qui y sont accrochés. Je n’ai pas encore compris comment certains parvenaient à s’y glisser pour y dormir paisiblement…

Bref, passer des heures à regarder défiler le paysage de l’Uttar Pradesh aux couleurs de savane africaine, toutes portes ouvertes, pieds posés sur les marches extérieures, était une sensation que j’avais goûté au Maroc mais que j’ai pris plaisir à renouveler ici. Bientôt, il faudra se résoudre à abandonner ce moyen de transport pourtant avantageux pour continuer la route vers les montagnes. Un dernier plaisir tout de même, le petit train à vapeur reliant Chandigarh à Shemla et tortillant à travers les 117 tunnels menant aux pieds de l’Himalaya indien.

–Conseil aux voyageurs–

Pour la réservation des billets, je conseille le site Cleartrip. Bien foutu, on y trouve facilement des horaires assez fidèles à la réalité.

Si vous désirez voyager à bas coût, sachez qu’on peut se procurer les billets de seconde classe sans climatisation jusqu’à la dernière minute en gare. Pas de réservation en ligne pour ceux-ci. Cherchez les files d’attente menant aux guichets « without reservation ».

NB : si vous ne voyez pas une longue file d’attente devant vous dans une gare indienne, c’est probablement que vous êtes au mauvais guichet.

Paris-Katmandu : la vidéo


A bitter sweet taste of KTM : la vidéo