Road-trip en Asie

Le monde sous un regard (dé)bridé
Posts Tagged ‘hanoi’

La ville au-delà du fleuve

Ha Noï, « la ville au delà du fleuve »  fête cette année son millième anniversaire.

Je ne vais pas vous faire un cours d’histoire, ni un topo écrit sur l’urbanisme de cette ville dont le nom résonne dans ma tête depuis mon enfance. Je dirais simplement que venant d’Inde, le contraste est saisissant : voitures neuves de grandes marques, feux de circulation sur les carrefours, avenues larges et trottoirs immaculés. Pas un papier qui traîne à Hanoï, si ce n’est dans la vieille ville où les bouibouis sont légions. Je ne m’attendais certainement pas à tant de modernité en sortant de la carlingue de l’Airbus A330, sur le tarmac du Noi Bai International Airport. Un niveau de développement saisissant pour le français que je suis, encore imprégné par ses cours d’histoire du Lycée. Il est loin le temps où Ho Chi Minh, fraîchement formé par le parti communiste français mettait à genou notre contingent à Dien Bien Phu.

De la présence française il ne reste pas grand chose dans la ville. Quelques noms aux sonorités familières ici ou là, quelques infrastructures, une ambassade imposante et un hôpital international au sud de la ville.

la france a Hanoi

Le Hanoïen lui est souvent jeune, assez branché et visiblement très confiant dans l’avenir de son pays. Peu de pauvreté, quasiment aucun mendiant dans les rues…

Difficile, il est très difficile de rentrer dans des conversations approfondies avec les habitants tant leur niveau d’anglais est faible. Mais après quelques jours, on apprend à prononcer les mots essentiels qui permettent de profiter pleinement de tous les agréments de la vie Vietnamienne.

Le repérage des rues est rendu compliqué par la similitude des noms. A tous les coins, sur de grands panneaux bleus s’affichent des « Hang », des « Ba » et des « Tien ». De manière contradictoire, la lecture de ces noms d’apparence similaires est rendue plus simple (que dans la Chine voisine) grâce à l’adoption par les Viets de l’alphabet latin. Pas de sinogrammes au Vietnam, juste des noms imprononçables et impossibles à mémoriser.

Côté température, le thermomètre affiche des températures raisonnables : moins de 40° la plupart du temps, mais l’humidité ambiante rend veine toute tentative de garder des vêtements secs, même lorsque l’on ne fait rien d’autre que de rester assis à siroter un Thé glacé (« Tcha Chan ») en terrasse. La clim elle tourne à fond dans tous les établissements touristiques et favorise l’émergence de petites grippes ou maux divers.

Sweet life in Hanoi

Alors que ses trois millions d’habitants attendent toujours la mousson, Hanoï se donne des airs paisibles et dissémine, pour le plaisir du visiteur, l’eau claire de ses lacs présents en profusion dans la ville. La vie est douce dans cette cité à taille humaine.

Sweet life in Hanoi2

A Hanoï je circule librement, à Hanoï je suis, à Hanoï je vis et c’est bon (même si j’ai toujours l’Inde dans un coin de ma tête). Dans quelques jours, dès que Marie quittera sa perfusion (elle aurait attrapé la grippe A), nous partirons pour le Nord, la Vallée de Sapa et ses rizières. Excitation ! En attendant, qu’on m’apporte un Bo-Bun ! ;)

Coup de vieux pour la France !

Constat du jour : le Vietnam est encore plus jeune (en apparence) que l’Inde.Pour le moment impossible de dire s’il s’agit d’un cas exceptionnel qui n’a lieu qu’à Hanoï ou si l’intégralité du pays reflète cet état de société, mais à première vue, c’est assez impressionnant pour le petit occidental que je suis. C’est bien simple, dès qu’on tourne la tête, on les voit partout. Mon père avait raison, il existe bel et bien le péril jeune !

En mode skaters sur les places publiques :

Roller and skate in Hanoi

En mode « colle-toi donc près de moi mon Roméo, que j’te fasse voir la vue » (c’est qu’ils sont romantiques) :

rooftop lovers Hanoi

En petites tenues estivales sur leurs scooters :

Scooters in Hanoi

En mode « Dieu vous appelle sur la trois, veuillez décrocher » :

Youngsters in temple Hanoi

En mode « sortie du samedi soir » :

Saturday night time in Hanoï

C’est bien simple, on les trouve même parfois en train de tenir la boutique. C’est qu’entre un enfant de 8 ans et un adulte qui ne comprend pas un mot d’anglais, pas même « W.A.T.E.R, MINERAL WATERRRRR », ça ne fait pas grande différence pour un touriste.

Working boy hanoi

En somme, le véritable trésor de l’Asie pour les années à venir, pas de doute, il est juste là sous nos yeux. Et il faut bien l’avouer, ça a ses petits côtés sympas une société jeune.

Baby boy and the dragon

From Hanoï Vietnam.

Nouveau pays, nouvelles moeurs

Il est temps de donner un coup de frais à ce carnet de voyage. Il est surtout temps de l’adapter au rythme du nouveau pays qui m’accueille. Plus vif, plus jeune, plus rapide, l’Asie c’est l’instant flash ! Mon nouveau quotidien, c’est aussi une connexion de qualité accessible à tous les coins de rue, alors voilà !

Je l’annonce, moins de textes longs et consciencieusement rédigés, plus d’images et plus de réflexions spontanées. Après tout, cet espace n’est qu’expérimentation et en deux ans de vie, il est bien normal qu’il mue !

Pour l’Inde, je ne veux pas bâcler les derniers chapitres qu’il me reste à écrire. Le Kashmir et le Ladakh ne méritent pas ça. J’y reviendrai donc, et tant pis si les articles apparaissent dans le désordre… Après tout la vie en voyage c’est aussi ça : un grand puzzle d’informations, de souvenirs, de visages et de goûts qu’il faut remettre en ordre.

On reprend donc ! On remet les pendules à zéro. Nous sommes le 28 juin 2010, il est 3h24. Bienvenue à Hanoï.

Welcome in Hanoï